20 avril 2016

furederikku

Vous me direz que Frédéric et Eric, c'est différent, mais avec un nom de scène pareil, je ne pouvais m'empêcher de repenser au haïku suivant : エリックのばかばかばかと桜降る   太田うさぎ

Mais si Eric est un peu baka, il vous apprendra à compter dans le monde de la musique indé japonaises "1, 2, 3, 4". C'est frais, assez sympa avec deux jeunes modèles  

(tous ses clips sont comme cela ? "Coco, tu vas nous mettre une ou deux modèles de 18-20 ans bougeant sérieusement sur la vidéo avec les musiciens, ça va être cool. On va faire tout l'album comme ça. Ok ?")

フレデリック 「オワラセナイト」Frederic"OWARASE NIGHT"

Si je ne t'arrête pas (jeu de mot avec night la nuit en anglo japonais)...


24 décembre 2015

Elle pourrait presque jouer du piano debout : ラブ・ステップ 越美晴さん...




Les tigres de la pop...



La jeunesse des années 60, rugissant sa pop sirupeuse sur l'archipel, cela donne quoi ?
The Tigers : kaze ha shiranai ("j'ignore le vent"). La voix est assez jolie et la pop contient ce qu'il faut de folks :








That's all folks !

20 mai 2015

Quand un groupe de Soul américain s'empare d'un chant japonais traditionnel

Quand un groupe de Soul américain s'empare d'un chant japonais traditionnel "soran bushi" des pécheurs de Hokkaidô, cela donne cela, chanté par les Staple Singers :



Pour plus de renseignements sur le titre SORAN BUSHI (Wiki).
Le morceau fut enregistré sur l'album we'll get over (1969) - 6e morceau, avec une légère modification de mot, soran devenant soron. 

Les morceaux que l'on trouve sur internet, sont plus courts : 1:33 environ (pour 2:38 à l'origine, semble-t-il).

Ce chant populaire eu plusieurs versions modernes tel que le groupe The Peanuts (ザ・ピーナッツ ) , Soul Flower Unit (ソウル・フラワー・ユニオン), PE'Z, un groupe de Jazz japonais...

8 avril 2013

Emi Meyer sans frontières

Loin des blagues à six balles virgule cinquante cinq neuf cent cinquante sept* nous présenterons une superbe chanteuse nippo-américaine de jazz, Emi Meyer.



Plus particulièrement, c'est son deuxième album qui retient l'attention "Passport" chanté entièrement en japonais, et dont les influences variées empruntent notamment à la bossa nova (teien) et au reggae (yakusoku).

Les morceaux qui retiennent l'attention : teien , kimi ni tsutaetai koto, noborizaka, passport, yakusoku...

Les chansons ont un teint clair, optimiste et c'est parfois énervant quand on a un fond cynique mais on y revient régulièrement.

A découvrir en échantillon sur itunes.

A noter qu'Emi Meyer est venue en France en fin janvier 2013 à la suite d'une collaboration avec Eric Legnini.


* tout le monde sait que des balles sont des nouveaux francs. Si tu veux moderniser l'expression, lecteur égaré, pense en euros, bordel !

23 janvier 2013

chikuzen ni chikuzen sato

Un musicien à faire sauter aux petits oignons* : voici Chikuzen Sato et sa version un peu jazzy de de Desperado :



Ce sera tout pour le texte...







* ceux qui ont déjà mangé du chikuzeni comprendront les jeux de mots foireux.

15 septembre 2012

DCT...Je veux un D. Je veux un C. Je veux un T

Et voici le retour de votre pompom boy virtuel, poil à gratter de mauvais goût musical et inoffensif .

On ne causera pas ici de la notion mathématique DCT, la transformée en cosinus discrète* mais de Dreams Come True, un groupe japonais comme quoi tous vos rêves se réalisent, une sorte de méthode Coué dans le titre et parfois les chansons.


DCT, c'est du lourd commercial, du pop-rock incontournable des années 90, une bande sonore d'un certain nombre de téléséries japonaises.

Il sera composé de :
Miwa Yoshida (chanteuse), Masato Nakamura (basse), Takahiro Ishikawa (clavier - jusque en 2002 environ).

L'une des plus évidentes, là où on crie l'amouuuuuuuuuuuuuuuuuuuur, : Love Love Love (1995) :



Illustration sonore de la TV série : aishiteru to itte kure - dis moi que tu m'aimes, la romance de l'été 95 entre une jolie jeune dinde** et un beau peintre sourd.... Les cocktails sont en guimauve, vous jugerez :



Et puis, le morceau qui donne pas mal en collabo avec fuzzy control (feat), "sono saki he" (en avant, devant...) car après tout je suis aussi un petit con qui se laisse avoir par les grosses recettes commerciales*** :





* Il faudrait que je repasse mon bac et des études universitaires scientifiques ensuite. Mais euh, non. 
** Tokiwa Takako, quand même... (tout à fait ma came télévisuelle à une époque)
*** Eh, je suis un mec des années 90, baby ! (ou cher public - choisis, c'est selon).